Interview

Une interview d’une demi-heure sur radio Grand Ciel. J’ai pu prendre ainsi le temps de répondre à des questions sur la création, sur la genèse d’un ouvrage (sur ma jeunesse aussi) et sur mon dernier livre. Pour l’écouter, cliquer sur  https://radiograndciel.fr/podcast/francois-david/
Radio Grand ciel, émission « La route inconnue » menée par Christophe Jubien. Après l’interview, des extraits de plusieurs pages de « Les morts vivent plus longtemps qu’avant »* sont lus par Cédric Merland *Éditions du Vistemboir, préface de Jean-Pierre Siméon
https://editionslevistemboir.com/…/les-morts-vivent…/
https://francoisdavid.fr/

ARTICLE SUR MON BUREAU

À la Foire du livre de Bologne, dans le beau magazine, « Crayons » consacré aux illustrateurs, Daniela Bonerba fait une exception, chaque année, pour un écrivain. Il y a ainsi, en 2022, quatre pages avec des photographies de mon bureau et un texte que j’ai écrit pour l’évoquer :

« Dans mon bureau, il y a des caisses. Partout des caisses. Même au plafond. Surtout au plafond. Clouées sur les solives. Des caisses en forme de cubes, rescapées d’un spectacle Boris Vian que j’avais mis en scène. Et des caisses de vin, bu il y a longtemps, remplacé par des livres, qui ne tiennent pas droit, mais se couchent, mais s’empilent. Tantôt verticaux avec les titres au dos, dans un sens, dans un autre, il faut se tordre le cou pour les lire. Tantôt horizontaux, chaque livre grimpant sur un autre livre afin de se faire une place, malgré tout, dans sa caisse. Il y a la caisse Baudelaire. Et la caisse Buzzati. Et la caisse des auteurs que j’aime passionnément. Certains livres, les miens aussi, sont posés sur des planches tenues par des cordages. Un peu comme sur les bateaux. C’est ma façon sans doute de naviguer. Moi qui vais sur la mer surtout avec les yeux. Elle est sous ma fenêtre, je peux la contempler. Mais j’ai surtout besoin de m’assurer qu’elle est là. J’y trempe rapidement le regard comme on trempait jadis dans l’encre la plume. Puis je reviens vers l’ordinateur et sur le clavier où mes doigts semblent savoir, bien avant moi, ce que je vais exprimer. Je corrige inlassablement, je modifie, mais sans traces, sans manuscrit surchargé de ratures pour les archives. Car je tape, et j’imprime, et découvre aussitôt la page, mystérieusement toujours si différente du texte sur l’écran devant moi. Je change un mot, un son et je sors une nouvelle feuille de l’imprimante. Je la regarde et je la jette à nouveau dans la corbeille débordante. Je recommence, je recommence encore, devant la mer, sous les cai sses de vin, sous les caisses de Vian, dans mon bureau. »

Sur Quatre pousses de riz vert (éditions La Feuille de Thé)

« VOICI UN ADMIRABLE VOYAGE LITTÉRAIRE SENSIBLE ET GÉNÉREUX OÙ, MALGRÉ CETTE PÉRIODE PLUS OU MOINS CONFINÉE, LE TEMPS DEVIENT DÉLICIEUX UN LIVRE À LA MAIN POUR PARCOURIR LE MONDE ET S’ENVOLER AVEC LES MOTS. » (Encres Vagabondes)

http://www.lafeuilledethe.com/auteurs/francois-david/

http://www.lafeuilledethe.com/…/quatre-pousses-de-riz…/

https://www.encres-vagabondes.com/maga…/david_riz_vert.htm

Sélection d’Opalivres

« L’écriture poétique et sensible de François David nous enchante.  Avec ses tournures récurrentes et son rythme, on prend plaisir  à  lire à voix haute.  La générosité de  son héroïne qui loin de se plaindre de ne pas être écoutée par ses proches, les excuse,  nous ravit. Les illustrations qui explosent de couleurs, toutes en harmonie et de détails se combinent aux mots pour donner à cet album un caractère résolument optimiste et susciter la joie de vivre. »                                    (Sélection d’OPALIVRES)

                    

ET C’EST NOUS QU’ON ENTEND

Lecture à 8 voix                                        le 16 octobre à 20 h 30                            à la salle Paul-Eluard                    (Centre culturel de Cherbourg)           de :

Et c’est moi que je vois                  (Éditions du Vistemboir)

Il pleut des chats                        (Éditions La feuille de thé)

Nom d’un chien                          (Éditions motus)

Mille milliards de merveilles (Éditions Sarbacane)